Aller au contenu principal

Centrale nucléaire de Tchernobyl en Ukraine

La construction de la centrale nucléaire de Tchernobyl a commencé en 1970, à 90 km de Kiev, la capitale de l'Ukraine. Le projet final prévoyait 4 unités d’une capacité de 1000 MW chacune. En 1983, la dernière et quatrième unité de production d'électricité de CNT a été mise en service, en portant la capacité totale de la centrale à 4 000 MW.

La CNT est peut-être la centrale nucléaire la plus célèbre au monde. Cette renommée – malheureusement bien triste - lui a été conférée par l'un des accidents les plus importants de toute l'histoire de l'énergie nucléaire, qui s'est produit le 26 avril 1986 dans l'unité 4. La tragédie a touché des milliers de personnes et nécessité des mesures rapides pour minimiser les conséquences des accidents.

Un groupe d'experts internationaux a développé un projet unique appelé Shelter Object (« l’abri»). Par ses solutions d'ingénierie, ce projet n'a pas son pareil dans le monde. Dans des très brefs délais, travaillant dans des conditions extrêmes, les ingénieurs ont réussi à créer une structure de protection de l'environnement, le personnel et le public contre des effets des radiations de l’unité détruite n°4.

KIEP été un de premier à entamer le travail pour éliminer les conséquences de l'accident. En 1987, l'Institut a été confié les fonctions de concepteur général de la centrale nucléaire de Tchernobyl. L’une des tâches principales de l’Institut consistait à élaborer un concept de déclassement de la centrale nucléaire de Tchernobyl. Dans les plus brefs délais, KIEP a préparé une documentation de conception pour arrêter les unités.

Parallèlement aux travaux sur le déclassement de toutes les unités de la centrale nucléaire de Tchernobyl, de 1992 à 1998, l’Institut a mis au point les conceptions suivantes:

- chaudière de chauffage pour les besoins de CNT;

- systèmes utilisés pour les mesures par jauge de contrainte du circuit de circulation de la troisième unité de CNT;

- le système de purification de l'eau de faible radioactivité des huiles utilisées dans « l'abri »;

- Un système d'accès à « l'abri », y compris des moyens ingénieurs et techniques de protection physique.

En outre, le KIEP a mis au point un certain nombre d’autres objets nécessaires à la vie de la centrale nucléaire de Tchernobyl.

La conception de déclassement des unités de la centrale nucléaire de Tchernobyl comprenait, entre autres, une tâche de l’élaboration de solutions techniques pour le combustible nucléaire irradié, qui restait temporairement située dans les unités de CNT. Pour ce but, l’Institut a mis au point un projet de reconstruction de stockage CNI de type «humide» (SCNI-1) existante afin d’accroître sa capacité et d’améliorer la sécurité du stockage de combustible nucléaire. Par la suite, KIEP, en collaboration avec la société américaine Holtek International, a retravaillé le concept du SCNI-2, initialement développé par la société française FRAMATOM, qui utilisait la technologie de stockage à sec. La version finale de ce stockage a été très appréciée par les experts internationaux. À l'heure actuelle, la centrale nucléaire de Tchernobyl, avec la participation active du KIEP, mène des travaux sur la préparation de SCNI-2 en vue de sa mise en service.

Le déclassement de la centrale nucléaire de Tchernobyl nécessite une approche intégrée, qui nécessite la création des installations pour le traitement des déchets radioactifs. KIEP, en collaboration avec des partenaires occidentaux, a conçu des complexes pour le traitement et le stockage de déchets radioactifs liquides et solides.

À ce jour, toutes les unités de la centrale nucléaire de Tchernobyl sont arrêtées. Cependant, les travaux sur le déclassement final du CNT sont en cours. L'accent est désormais mis sur une installation unique : le nouveau confinement (NSC). Il s'agit d'une structure de type arche protectrice, qui est déjà installée au-dessus du 4ème unité détruit au-dessus de l'objet («abri») existant.

En 2008, le consortium NOVARKA a été créé pour mettre en œuvre le projet NSC, avec deux sociétés françaises de renommée mondiale: Vinci Construction et Bouygues Travaux Publics.

KIEP en tant que principal concepteur ukrainien pour le projet NSC, en étroite collaboration avec le consortium NOVARKA - le contractant du projet NSC - a développé de 2008 à 2013 la conception principale de NSC et l'a accompagné au processus de licence en Ukraine. De 2013 à ce jour, KIEP fourni un appui technique à NOVARKA au stade de l'achèvement de la construction du NSC et de ses infrastructures.

En 2017, KIEP a achevé l'élaboration de la documentation de conception du circuit de protection du NSC, qui assure une isolation complète du NSC par rapport à la troisième unité.

Aujourd’hui, une équipe internationale de spécialistes continue de travailler sur le site. Le projet est au stade d'achèvement des travaux principaux et, comme prévu, le NSC sera officiellement mis en service dans un proche avenir.

Voulez-vous savoir plus sur KIEP?

Découvrez notre riche histoire, nos projets actuels et ambitieux pour l'avenir. Nous sommes sûrs que vous allez vouloir faire partie du KIEP.

Lire La Suite